Rapports d'Earth Hour

The Earth Hour 2019 report

Millions around the world came together on 30 March 2019 to speak up for nature and inspire urgent action for the environment. As Earth Hour rolled around the globe, thousands of landmarks switched off their lights in solidarity for the planet. #EarthHour, #Connect2Earth and related hashtags trended in 26 countries as people across the globe generated over 2 billion impressions to show their concern for nature. People pledged their support for the planet, challenging world leaders to push the issue up the global agenda.

From Ecuador to Morocco to Indonesia, Earth Hour 2019 mobilized people across continents to speak up on issues such as sustainable lifestyles, plastic-free oceans, deforestation and water conservation to help raise awareness of the value of nature – a vital first step in starting a global movement for nature.

 

Rapport d'Earth Hour 2018

Des particuliers, entreprises et organisations dans plus de 188 pays et territoires du monde entier ont rejoint l'événement Earth Hour organisé par WWF pour provoquer des discussions sans précédent et déclencher une action inédite en lien avec le déclin de la nature, au lendemain d'une mise en garde de 550 scientifiques contre un « déclin dangereux » de la biodiversité mondiale. 

Près de 18 000 sites ont éteint leurs lumières en solidarité alors que des personnes aux quatre coins du monde généraient plus de 3,5 milliards d'impressions avec les hashtags #EarthHour, #connect2earth et d'autres hashtags connexes pour montrer leur inquiétude vis-à-vis de la planète. Les hashtags se sont propagés dans 33 pays. 

De la Colombie à l’Indonésie en passant par les îles Fidji, Earth Hour 2018 a incité de nombreuses personnes à unir leurs efforts pour protéger les forêts et les mangroves. En Roumanie, des centaines de personnes ont montré leur engagement dans la préservation de la nature en écrivant des lettres symboliques dans les rivières, les forêts et la nature. En Afrique, 24 pays ont célébré Earth Hour pour mettre en évidence les défis de préservation de la nature les plus pressants auxquels ils sont confrontés, comme l’accès aux énergies renouvelables, les ressources en eau douce et la dégradation de l’habitat. 

Pour la première fois, cet Earth Hour a été l'occasion pour des gens issus du monde entier de participer aux discussions sur connect2earth.org afin de partager leur vision et leur rapport à la nature, dans les endroits où ils vivent et qui sont chers à leurs yeux. La plateforme vise à sensibiliser un maximum de personnes quant aux valeurs de biodiversité et au rôle de la nature dans nos vies, dans notre santé et dans notre bien-être.

Rapport d’Earth Hour 2017

Le samedi 25 mars 2017, l'événement Earth Hour organisé par WWF s'est une nouvelle fois déployé dans le monde entier. De Nairobi à New York, de Delhi à Dublin, des millions d'entre vous se sont réunis pour braquer les projecteurs sur l'action climatique. Fait inédit, 187 pays et territoires ont participé, plus de 3 000 grands monuments ont éteint leurs lumières et des millions d'individus, d'entreprises et d'organisations répartis sur les sept continents ont fait un pas en avant pour inverser le cours du changement climatique.

La participation record a été à la hauteur de ce dixième anniversaire du mouvement et est intervenue à un moment où la nécessité d'une action pour le climat se faisait plus impérieuse que jamais. Elle témoigne aussi des efforts, du dévouement et de la passion incroyables des équipes de WWF et Earth Hour, ainsi que de nos communautés et jeunes militants, à travers le monde. Merci à tous de travailler sans relâche dans le but de mobiliser des millions de personnes pour la planète.

Rapport d’Earth Hour 2016

Le samedi 19 mars, un nombre record de 178 pays et territoires sur sept continents ont célébré Earth Hour 2016 à bord de la Station spatiale internationale : une image forte qui rappelle la détermination de toute la communauté internationale à s’attaquer à l'un des plus gros défis environnementaux jamais rencontrés par notre planète. En 2016, comme un clin d'œil au monde interconnecté dans lequel nous vivons aujourd'hui grâce aux médias sociaux, et au caractère transversal du changement climatique en lui-même, Earth Hour s'est fixé pour objectif de donner de véritables échéances au mouvement d'action pour le climat pour qu'il ne reste pas qu'un simple objectif lointain à l'horizon. Le mouvement a encouragé les gens à ne pas se limiter à soutenir les projets en faveur du climat comme lors des années précédentes, mais à faire aussi passer le message en « faisant don de leur influence sur les réseaux sociaux » et en luttant contre le changement climatique sur leur propre espace personnel : leur compte Facebook ou Twitter.

Rapport d'Earth Hour 2015

L'agriculture et la production alimentaire sont extrêmement vulnérables aux variations du climat, aux changements saisonniers et aux précipitations que provoque le changement climatique. Les experts prédisent que les changements de température, de précipitations et de tendances saisonnières auront un impact sur la production des aliments de base et des cultures comme le maïs, les haricots, le cacao et même le café, qui exigent certaines conditions de culture. En 2015, les équipes de WWF et d'Earth Hour du monde entier ont mené des actions de sensibilisation sur l’impact du changement climatique sur l’agriculture et sur la façon pour les consommateurs, les entreprises et les collectivités de prendre des mesures. L'alimentation et l'agriculture durables ont été l'un des thèmes majeurs de l'édition Earth Hour 2015 à travers notamment : la sensibilisation à une consommation raisonnée, l'organisation de dîners écologiquement responsables le soir d'Earth Hour (Royaume-Uni, Finlande et France) et la création du livre de cuisine Planet to Plate (une première mondiale en exclusivité pour Earth Hour) avec les recettes de 52 chefs célèbres en Australie.

Rapport d'Earth Hour 2014

En 2014, Earth Hour a envahi la planète, rassemblant des millions de personnes issues de 162 pays et territoires à travers tous les continents. Ce mouvement prouve qu’une personne à elle seule peut inspirer le changement. Lors de son édition 2014, Earth Hour a entrepris la plus excitante étape de son évolution en étant l'un des précurseurs du financement participatif et de la production participative pour la planète. Nous lui avons donné le nom d'Earth Hour Blue, ou l'« heure bleue pour la planète ».